Pour rendre service à la paroisse, cliquez ici.

Prière pour les malades et onction 2021

Prière pour les malades et onction 2021 - Thumbnail

Paroisse Christ-Sauveur à Pau


En présence des reliques de Saint Martin, des temps de prières sont proposées aux personnes angoissées, inquiètes ou malades. Le dimanche 7 mars, 54 fidèles ont reçu le sacrement de l’Onction des malades.

Le Concile Vatican II a rendu à l’onction des malades sa vocation évangélique : faire du bien aux corps, leur redonner vie. Le sacrement des malades c’est avant tout communiquer la force et la tendresse de Dieu. A l’église Notre-Dame de Pau, le père Kamil Majer, vicaire de la Paroisse du Christ-Sauveur administre le sacrement des malades lors de la messe. Il a auparavant préparé les malades en leur expliquant la portée du sacrement qu’ils vont recevoir. Une guérison miraculeuse peut découler de ce sacrement. Mais c’est surtout un bien être, une paix intérieure qui rassure. 

Durant le mois de février, deux temps de prières, en présence du Saint Sacrement, ont été proposés aux personnes angoissées, inquiètes, malades physiquement ou moralement.

Dieu, notre Père, en ta bonté tu as envoyé dans le monde ton Fils, Jésus Christ, notre unique Sauveur, pour qu'il prenne sur lui nos souffrances et se charge de nos douleurs afin de nous guérir des maux du corps et de l'esprit. Par un nouveau don de ta miséricorde, tu as suscité saint Martin pour qu'il soit le signe de ton amour compatissant envers les malades et les malheureux. 
Regarde, nous t'en prions, nos frères et sœurs malades, angoissés, inquiets en raison de la pandémie actuelle donne-leur force dans l'épreuve et sérénité dans les difficultés. Dans leurs cœurs répands l'espérance, et dans leurs corps la vigueur, afin qu'une fois totalement guéri, ils puissent reprendre leur service dans l’Église et dans la communauté humaine

Après la bénédiction, les fidèles ont vénéré les reliques de Saint Martin qui en son temps a accompli plusieurs guérisons.  Voici 4 miracles de St Martin racontés par Sulpice Sévére, né en 360, avocat bordelais qui a écrit la Vie de St Martin.  

Un jour que Matin entrait à Paris, comme il passait par une des portes de cette cité, avec une grande foule de peuple, il bénit et baisa un lépreux dont la figure affreuse faisait horreur à tous ; celui-ci fut aussi tôt guéri et vint le lendemain à l’église, avec un visage, sain et vermeil rendre grâces à Dieu pour la santé qu’il avait recouvrée. Mais ce que nous ne pouvons-nous dispenser de dire c’est que les fils des vêtements ou du cilice de Martin opérèrent de fréquentes guérisons ; appliqués aux doigts ou au cou des malades, ils les délivraient de leurs infirmités.

Arborius, ancien préfet, homme plein de foi et de piété, dont la fille était affectée d’une fièvre très violente, lui mit sur la poitrine une lettre de Martin, qui lui était tombée par hasard entre les mains, et aussitôt la fièvre cessa. Cette guérison toucha tellement Arborius, qu’il consacra sur-le-champ sa fille, à Dieu, et la voua à une virginité perpétuelle. Il partit ensuite pour aller trouver Martin, lui présenta sa fille qu’il avait guérie, quoique étant absent, comme une preuve vivante de ce miracle, et ne souffrit pas qu’un autre que Martin lui donnât le voile. 

Paulin, qui devait donner plus tard d’illustres exemples, fut attaqué d’un mal d’yeux qui le faisait beaucoup souffrir ; déjà la pupille de son œil se couvrait d’un nuage très épais.  Martin lui toucha l’œil avec un pinceau ; aussitôt la douleur cessa, et il fut guéri. 

Un jour, Martin tomba lui-même d’un étage supérieur, en roulant sur les marches raboteuses de l’escalier ; et se fit plusieurs blessures. Étendu presque sans vie dans sa cellule, il éprouvait de cruelles souffrances, lorsque, pendant la nuit un ange lui apparut, lava ses blessures et oignit ses membres contusionnés d’un onguent salutaire, si bien que le lendemain, rendu à la santé, il ne paraissait avoir éprouvé aucun accident

Saint Martin conduit au Christ. Parmi les personnes présentes à ces temps de prières, 54 fidèles se sont inscrits pour recevoir le sacrement des malades, le dimanche 7 mars en l’église Notre Dame de Pau. L’onction des malades est l’un des sept sacrements de l’Église catholique. Elle est le signe de la présence du Christ ressuscité auprès des personnes éprouvées par la maladie physique ou psychique, ou la vieillesse. En s’appuyant sur les restes du Saint évêque Martin, les fidèles ont confessé que c’est bien dans une vie humaine corporelle que la grâce de Dieu est intervenue.